We were born to die…

"C'est à l'endroit où l'eau est la plus profonde qu'elle est le plus calme",dit Shakespeare. Ici, ce sont mes eaux calmes, les profondeurs de mon ame ou ma plume erre à son aise…en quète de "Raisons"!

Ce soir, je hais l’Amour.

Classé dans : Non classé — 27 octobre, 2012 @ 10:30

Ce soir, je hais l'Amour. 282682_418509148199954_159847103_n-289x300

L’ amour est un jeu machiavélique !

Ou es tu ? Là ? Maintenant ! Toi qui m’aima… Sors de ma tète, souffre ! Crie mon nom, implore ma danse.

Quand une femme se mit à tes genoux Chéri, Souris. Il y a trop de maux en ce monde pour rebuter une douceur… Rappelle toi, tu m’as aimé, Non possédé…! Tu as acquis mon amour, non ma personne…

Et ce soir je m’endormirai…les sanglots taciturnes caressant mon coeur alourdi par la peine, les bras griffant l’ombre d’un visage familier, égoïste et orgueilleux. Je ne pleurerai point, ce n’est qu’une page…lue et apprise dont je vois le sourire narquois qui n’aura pas mes larmes…du moins pas ce soir.

Et ce soir, je contemplerai la rue déserte et ombragée..que tu ne traverses pas. N’avais je pas été bercée par mon unique illusion en ce tombeau auquel tu as manqué ?

Et ce soir, je n’aurais même pas les étoiles pour confidentes , uniquement les battements de mon coeur…une sérénade angoissante et morbide rythmant les pensées défaitistes en lesquelles je noierai mon sommeil et c’est toujours aussi ténébreux avant l’aube.

Ce soir, mon coeur n’est pas brisé. Seulement mélancolique, abattu, désabusé, affligé, cafardeux.

Tu me manques affreusement, je t’en veux terriblement.. Reste, va t’en !!

Je perd la tète … Je sens que je vais perdre le contrôle ce soir..et demain!

Une nouvelle Rive…

Classé dans : L'Exceptionnelle ... — 22 octobre, 2012 @ 7:00

                         p1030480.jpg

Bonjour,

On m’appelle L’exceptionnelle, la presque parfaite…Mieux encore, Ombre.

Que vous me connaissez ou pas, celà ne changera rien…

Qui que vous soyez, lisez- moi !

J’ai écrit, enfant, et taciturnes furent les mots qu’a griffonné l’angelot sur une table ou sur un livre… Criant l’espoir et l’attente.

J’ai écrit l’adolescence..Cet enfant qui se perdit en grandissant et se noircit en se défiant..

J’écris l’amour et la mort.. Et, soudain, l’écriture donna un sens à la vie !

Ce qui fit battre mon coeur durant toutes ces années n’est pas l’Amour, non !

C’est la passion.

La passion a habité mon âme et y a trouvé refuge sous diverses valses laissant à la fin de la sérénade une effigie dénudée de couleurs, immortelle et foudroyante. Elle scande chaque soupir, chaque expiration que j’émets.

Nulle force n’eut égalé celle que la passion fit bâtir au fond d’un être aigri et assoiffé, hormis la vengeance ? Ou bien la foi ? L’envie.

L’envie d’une énième passion…plus ravageuse et plus ébouriffante.

« Le cercle des poètes disparus »

Classé dans : Mes coups de coeur — 28 novembre, 2011 @ 8:51

Todd Anderson, un garçon plutôt timide, qui est envoyé dans la prestigieuse académie de Welton, réputée pour être l’une des plus fermées et austères des Etats-Unis, là où son frère avait connu de brillantes études.
C’est dans cette université qu’il va faire la rencontre d’un professeur de lettres anglaises plutôt étrange, Mr Keating, qui les encourage à toujours refuser l’ordre établi: « Peu importe ce que les autres vous diront, les mots et les idées ont la faculté de changer le monde. » dit-il.
Les cours de Mr Keating ( Le capitaine ^^ ) vont bouleverser la vie de l’étudiant réservé et de ses amis…

lecercledespoetesdisparusdeadpoetssociety1990reference.jpg

“Le cercle des poètes disparus” est un film que j’ai vu il y a un an et qui m’a carrément époustouflée !

Y mêlant simplicité et profondeur, il m’eut émeut et devint l’un de mes films préférés dont les richesses littéraire, poétique et morale en font un chef d’œuvre aux prix d’Oscar et de British Academy Awards en 1989 et de Césars du cinéma en 1990.

Le Carp Diem est un atout majeur de cette oeuvre cinématographique.

Son assimilation, Vivre profondément, pour soi et non pour autrui, profiter de l’instant : « Carpe Diem : Profitez du jour présent mes amis, que votre vie soit extraordinaire. »
Voilà ce que Mr Keating tenait à incruster dans les cervelles de ces jeunes gens avec autant de zèle que d’émoi.

« Je partis dans les bois car je voulais vivre sans me hâter, vivre intensément et sucer toute la substantifique moëlle de la vie. Je voulais chasser tout ce qui dénaturait la vie, pour ne pas découvrir, au soir de la vieillesse, que je n’avais pas vécu… »

Ainsi je m’en irai moi aussi…Carp Diem Ombre, Carp Diem ;)
Douce nuit, Readers….

 

Pocket-Freud |
loladulot |
Mimicoquine une divine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nos envies, Nos projets, No...
| Journal d'Emma
| petits mots etc